Ecole Supérieure d’Hôtellerie de Paris > Classement des écoles hôtelières

par Arnaud Bouvier, Président de l’école

Bachelor, MSc, Master of Science, MBA… Depuis quelques années en France, un nombre croissant d’écoles propose des diplômes aux dénominations anglo-saxonnes. Cet effet de mode académique pose la question de la hiérarchie des diplômes dans l’enseignement supérieur et surtout de la reconnaissance de ces titres. Des appellations pouvant cacher quelques « subtilités » complexes pour les étudiants internationaux, non sans conséquences pour leur futur parcours.

Le site officiel du gouvernement britannique publie une liste complète des titres décernés au Royaume-Uni, dont il est possible de déduire une certaine hiérarchie : award, puis certificate, national certificate, diploma, national diploma, bachelor’s degree, et en haut de l’échelle master’s degree (par exemple master of arts ou master of science), et doctorate (par exemple doctorate of philosophy ou PhD).

En France, les principaux titres peuvent être classés de la sorte : le certificat de fin d’études (ou diplôme d’école), la certification professionnelle, le certificat, le brevet, le diplôme universitaire, le diplôme d’Etat, le diplôme national dont le baccalauréat, la licence, la maîtrise (souvent appelée à tort master 1), le master et le doctorat.

On le voit, la nomenclature française est très proche de l’anglaise avec une analogie parfaite : bachelor = licence, master of science (ou master of arts) = master, doctorate = doctorat. L’harmonisation des titres entre la France et le Royaume-Uni est une bonne chose. Mais alors quid de la place des diplômes aux appellations anglo-saxonnes en France, par exemple le master of science ou le MBA français ?

Et bien, ce sont presque toujours des certifications professionnelles qui portent ces appellations d’origine non contrôlées. En France comme au Royaume-Uni, il n’est pourtant pas difficile de faire la différence entre un vrai et un faux master : cherchez l’université. En effet, seuls les établissements publics peuvent délivrer un master et il s’agit principalement des universités. On ne trouvera donc pas de diplôme de master dans les écoles de commerce, ni dans les écoles spécialisées comme les écoles hôtelières, sauf s’il est délivré conjointement avec une université comme à l’École Supérieure d’Hôtellerie de Paris.

Il est surprenant qu’une école française choisisse un nom en anglais pour un diplôme et en particulier un nom protégé au Royaume-Uni. Il est utile de souligner que les appellations master of science, master of business administration et bachelor sont également protégées aux Etats-Unis et ne peuvent être délivrées que par des institutions accréditées là-bas aussi… Il s’agit donc d’une nouvelle « exception à la française », en quelque sorte… N’en doutons pas : si une école anglaise délivrait un diplôme intitulé « baccalauréat » ou « licence », nul doute que la France s’en offusquerait !

Dans un souci de transparence, il faudrait imposer que les dénominations commerciales des programmes de l’enseignement supérieur correspondent exactement à l’intitulé des titres décernés. Devraient également être interdites les appellations anglo-saxonnes qui sont trompeuses et en particulier les « vrai-faux master » ! Il en va de la crédibilité même de notre enseignement supérieur qui accueille presque 80 000 étudiants internationaux chaque année en dehors des universités. Quel diplôme ces étudiants étrangers obtiennent-ils réellement et surtout quel diplôme croient-ils obtenir ?!

Consultez la liste des diplômes bac+5 délivrés en école hôtelière en France avec le détail de la nature du titre décerné :
Classement 2017 (pdf)
Classement 2017 (xls)